Back to All Events

"J'ai tant appris de vous", Frère Jérôme et Raôul Duguay, 29 avril - 13 mai 2014


Communiqué de presse. Télécharger

Notice biographique Frère Jérôme

La vie et l’œuvre de Frère Jérôme entretiennent des liens très intimes avec sa quête d’absolu et sa recherche de spiritualité.  Cet homme souvent visité par la grâce toujours habité par la passion, est à la fin de sa vie, revisité par les fantômes qu’il s’amuse à faire surgir de son passé. Sa carrière professionnelle occupe deux créneaux précis : L’enseignement des arts plastiques et la réalisation d’un œuvre pictural extrêmement imposant.

 Frère Jérôme a traversé le vingtième siècle : Né en 1902 à Charlesbourg, il meurt à Laval en 1994 après avoir bien pris soin d’inscrire à son agenda du 30 avril : « aujourd’hui ne me dérangez pas, je suis occupé à mourir. »  Visionnaire comme l’étaient les signataires du manifeste Refus Global et certains autres créateurs téméraires, Jérôme a vécu parfois dans la sérénité, parfois dans l’adversité, les nombreux changements sociaux et culturels des années 1940 à 1960.  Deux ans d’étude à l’École des Beaux-Arts de Montréal suffiront à l’éloigner définitivement de l’académisme gauchissant alors enseigné pour adhérer sans réserve au mouvement automatiste et par la suite créer grand nombre des autres mouvements qui sont encore d’inspiration constante.  Il a donc vécu les époques de la grande noirceur et de la révolution tranquille et assisté aux adieux de «  la tuque et du goupillon. »

 Membre de la Communauté des Frères de Sainte-Croix dès l’âge de douze ans, non seulement  il restera fidèle à ses engagements jusqu’à sa mort, mais il pratiquera sa vie de religieux avec une intensité remarquable et exemplaire.  En aucun moment, il ne mettra en cause l’existence de Dieu, s’éloignant en cela de la théorie des automatistes.  Toutefois, ses  nombreux questionnements sur le vrai visage de Dieu hanteront sa production et le conduiront à l’abstraction puisque Dieu lui-même est une abstraction et qu’il appartient à chacun de lui trouver un visage.

Avec soixante-dix ans de pratique professionnelle, Frère Jérôme jouit d’une grande attention médiatique.  Les médias écrits et électroniques lui ont consacré de très favorables critiques.  Il a participé à de nombreux colloques, documents vidéo et rédigé un nombre incalculable d’articles portant sur l’enseignement et les mouvements d’avant-garde.  En 1967, il présenta un mémoire à la Commission d’enquête sur l’enseignement des arts au Québec, au Ministère de l’Éducation du Québec.  Ses œuvres ont été vues dans plus d’une centaine d’expositions solos et de groupes au Québec, aux Etats-Unis,  en Europe et certaines font partie de prestigieuses collections.      

Thérèse Bélanger
Études québécoises, Université Laval

Notice biographique Raôul Duguay

 « Peindre, c’est donner à voir l’ailleurs tout en restant dans l’ici et le maintenant. »

Rêveur réveillé, artiste multidisciplinaire, communicateur polyvalent Raôul Duguay a participé activement aux changements culturels survenus au Québec depuis 1964. Philosophe humaniste engagé,  il  continue  d’intervenir  sur  la  scène  publique  où  il  est  reconnu  comme  un  ardent défenseur de la liberté créatrice et de la diversité culturelle. 

Depuis longtemps inscrits dans sa trajectoire d’artiste multidisciplinaire, les arts visuels tiennent aujourd’hui une place prépondérante. Depuis 2000, mû par l’urgence d’aller au « bouttt » de soi-­‐même, il pratique la peinture et la sculpture avec assiduité et expose ses œuvres régulièrement au Québec. 

Sa  peinture  est  tout  aussi  innovatrice  que  ce  à  quoi  ses nombreuses réalisations nous ont habitués.

Célébrant   l’allégresse   de   la   nature,   ses   toiles   sont   des poèmes dont les mots sont devenus des couleurs, et les rythmes, des droites et des courbes.

Dans une liberté totale du geste ou dans son contrôle total et  au-­‐delà   des  concepts  d’abstraction  et  de  figuration, Raôul Duguay peint une réalité enrobée d’un rêve.

Le processus créatif de Raôul Duguay allie improvisation et structure. Une part de lui-­‐même, très spontanée, fait écho à son amour du be-­‐bop, du jazz libre et de la musique contemporaine. Il se place alors dans cet état risqué de l’instant, laissant jaillir son instinct pur dans la création de l’œuvre.

Paradoxalement, il construit aussi ses toiles tel un architecte qui ne peut commettre aucune erreur pour que son œuvre soit équilibrée et pérenne. Il se réfère à un processus rationnel qui fait entrer dans ses œuvres le souci de l’ordonnance des règles mathématiques de la géométrie de l’espace et celui de la proportion.

Cet intarissable créateur ne cesse d’étonner par la diversité de ses modes d’expression et sa faculté d’intégrer des langages différents qui s’appellent et se répondent. Il résonne en Raôul Duguay une voix unique qui traverse les générations.

raoulduguay.net